Les écoles de l’ensemble industriel de la Tase

un exemple de citoyenneté

 

La bibliothèque Marie-Ghislaine Chassine a présenté en 2016, dans le cadre des Journées européennes du patrimoine, en partenariat avec la bibliothèque municipale de Lyon, le laboratoire de recherche Elico de l'Université Lyon 1 , les associations vaudaises "Vive la Tase" et "MémoireS", une exposition restituant le travail de recherche du projet « Respira » (« Recueil et Sauvegarde du Patrimoine Industriel de la région Rhône-Alpes » mené auprès des habitants du quartier sud de la ville.

Cette recherche  porte notamment sur l’ensemble industriel de la Tase (Textiles Artificiels Sud-Est), haut-lieu de l’industrie textile lyonnaise et tout particulièrement de la soie artificielle, fondé par la famille Gillet en 1923. Cette cité comprenait une usine mais également un ensemble urbain constitué de logements et de différents équipements : un centre alimentaire, un centre médico-social, les écoles la Fontaine et Jeanne d’Arc, un stade, une chapelle en bois…

L’exposition pose spécifiquement son regard sur les deux écoles de cet ensemble industriel afin de mettre en perspective l’histoire et les évolutions de ces équipements et de leur rôle. On peut ainsi mesurer le chemin parcouru entre le modèle d’une l’école, instrument du paternalisme industriel et celui de l’école républicaine actuelle.

Ce n’est finalement pas un hasard d’évoquer l’histoire des écoles à la bibliothèque Chassine. En effet, elle s’appelait auparavant « Bibliothèque La Fontaine » car elle a été installée dans l’ancienne école de garçons (qui abritait également le centre social Peyri) de 1979 jusqu’à la nuit de Noël 1995, date à laquelle ses 30 000 ouvrages s’embrasèrent.

C’est en 2002 que la nouvelle bibliothèque a été déplacée et reconstruite au centre du quartier en continuité avec le nouveau centre social. En 2009, la municipalité décide de la renommer « Marie-Ghislaine Chassine », nom d’une personnalité engagée auprès des habitants du quartier, conseillère municipale de 1989 à 1995, auteure de l’ouvrage « La toile rude de leur dignité ».

L’entrecroisement entre les personnalités qui ont marqué l’histoire de ce quartier et celles de la Tase se poursuit. En effet, la ville de Vaulx-en-Velin, qui s’est fixé comme priorité l’éducation via notamment la rénovation et la construction de nouveaux groupes scolaires, va se traduire dans les prochaines années par la création d’un nouveau groupe scolaire de 15 classes et d’une superficie de 3500 m2 pour le quartier sud. Il s’appellera Odette Cartailhac, nom d’une ancienne institutrice de la Tase…

 

 

Découvrez une série de photographies d'époque sur le quartier de la TASE :

 

La cité quartier usine L'école Jeannne d'arc L'école La Fontaine  Le foyer

 

Et n'hésitez pas à faire une visite virtuelle du quartier actuelle de la TASE et découvrir toute une série de photographie publiée par la bibliothèque municipale de Lyon. Pour plus d'informations sur ce patrimoine industriel remarquable, vous pouvez contacter l'association "Vive la Tase !"